Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘nairiki’

Cet article est initialement paru dans le premier numéro de Dragon Hors Série Aikido en 2013.

S’il est habituel de rencontrer des pratiquants de karaté lors d’un stage de Tobin Threadgill en raison des liens historiques entre le Shindo Yoshin ryu et le Wado ryu, les aïkidoka représentent également une grande partie du public. Même si l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu n’a pas de racines directes avec l’aïkido, la plupart d’entre eux viennent pour explorer des principes partagés avec un point de vue différent ou pour étudier la relation entre bukiwaza et taijutsu.

Une brève histoire de l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu

L’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu est une branche de Shindo Yoshin ryu, une école ancienne de jujutsu. Elle a été fondée pendant la période Edo (en 1864) par Katsunosuke Matsuoka. Katsunosuke a appris différents arts comme le Totsuka Yoshin Koryu, le Tenjin Shinyo ryu, le Hokushin Itto ryu et le Jikishinkage ryu.

matsuoka_small

Katsunosuke Matsuoka, fondateur de l’école Shindo Yoshin ryu en 1864

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Un rapide message pour vous signaler un ensemble de dessins très bien faits sur la structure, les connections, et l’équilibre en Taichi. Des principes que l’on retrouve à la base de tout bon art martial et qui ne seront pas sans rappeler les qualités spécifiquement travaillées dans les Nairiki no gyo (Takamura ha shindo yoshin ryu):

Brisbane Chen Tai chi : Skill Knowlegde

Read Full Post »

L’interne (arts martiaux internes, puissance interne, force interne…) a le vent en poupe ces dernières années. On rencontre de plus en plus souvent le terme « interne » (peut-être que son cousin « structure » vous parle-t-il plus ?) en Aikido, peut-être par un écart entre les capacités de son fondateur (Morihei Ueshiba) et ce que nous connaissons comme l’Aikido aujourd’hui. Quelque chose a-t-il été perdu en route ? Si oui, peut-on le retrouver et comment ?

Pour aborder ce sujet, je vous propose la (longue) traduction d’un essai très documenté d’Ellis Amdur, auteur des livres Traditions martiales (en français), « Dueling with O-sensei: Grappling with the Myth of the Warrior Sage » et « Hidden in Plain Sight: Tracing the Roots of Ueshiba Morihei’s Power ».

Une étude de l’Aikido dans le cadre de l’entrainement interne (révisé).

Par Ellis Amdur.

Article original : http://members.aikidojournal.com/public/a-consideration-of-aikido-practice-within-the-context-of-internal-training-by-ellis-amdur-2/, avec les permissions de Stanley Pranin et Ellis Amdur pour la traduction.

Ellis Amdur s'entrainant avec Bruce Bookman

Ellis Amdur s’entrainant avec Bruce Bookman

« Un entrainement de haut niveau nécessite des gens de haut niveau, et des compétences de haut niveau ne seront acquises que par une petite élite »

Cet essai a déjà été publié : à l’origine , dans une forme un peu différente , sur Aikido Journal et dans sa forme actuelle sur AikiWeb.

Note de l’auteur : Je ne suis pas un aïkidoka. J’ai officiellement quitté le dojo Kuwamori en 1978. Mais avant cela, je me suis entraîné bien plus de 7500 heures dans l’ art – sur le tapis, sous la tutelle de quelques-uns des meilleurs professeurs d’aïkido vivants. Je dois énormément à l’aïkido, car il m’a conduit à un certain nombre d’autres choses, et en raison de son caractère particulier, je n’ai jamais cessé de penser à lui, écrit à ce sujet, et, paradoxalement, travailler dessus. Au fil des ans, certains dojos m’ont invité à enseigner des stages, croyant que ce que j’ai appris dans l’aïkido, renforcé par une étude plus approfondie dans divers arts au cours des 35 dernières années, me laisse avec quelque chose à offrir.

Je suis d’avis qu’aucun art martial n’est meilleur qu’un autre, mais pas pour les raisons que certains pourraient penser. Certains arts martiaux sont clairement, incontestablement, meilleurs pour les combats, au moins dans certains contextes, et certains arts martiaux sont beaucoup plus adaptables quand ils sont appliqués dans un contexte différent. Chaque art martial est bon pour ce qu’il a été prévu, et tout ce pourquoi il est bon est ce pourquoi il a été fait. Considérez ceci: dans le japon d’avant-guerre, les joueurs professionnels de sumo étaient, en moyenne, probablement les plus difficiles, les plus redoutables combattants à mains nues. Pendant la seconde guerre mondiale, ils étaient principalement utilisés comme animaux de trait, comme des ânes ou d’autres bêtes, pour transporter des objets lourds le haut des collines. (suite…)

Read Full Post »

Troisième et dernière partie de la traduction de l’interview de Toby Threadgill parue en anglais sur l’Aikidojournal : An Interview With Toby Threadgill, Menkyo Kaiden, Takamura ha Shindo Yoshin ryu. Cette interview a été réalisée par Marco Ruiz.

Pratiquer une telle forme archaïque du budo est évidemment une quête unique. Pouvez-vous nous donner un aperçu de pourquoi vous avez choisi d’étudier une Koryu?
J’ai étudié avec enthousiasme les formes modernes du budo, de 1978 jusqu’à 1993 environ. L’escrime occidentale, Wado ryu, le Muay Thai boxe et une brève incursion dans Jeet Kune Do ont été mes favoris. Je suppose que je suis devenu de plus en plus fasciné par les arts martiaux classiques du Japon, tant du point de vue technique que du point de vue historique autour de 1986. Avec tant d’histoire et de profondeur technique dans le programme d’étude, j’ai réalisé que le budo classique était une de ces choses que je pourrais étudier pour le reste de ma vie sans jamais m’en lasser.

(suite…)

Read Full Post »

Cet article a initialement été publié grâce à la gentillesse de Kiaz sur son blog « la quête de Kiaz ». Merci à lui.

Il est rare que je fasse des compte rendus de mes différents stages mais je profite de la proposition de de notre ami Kiaz pour m’essayer à l’exercice.

L’école : Takamura ha Shindo Yoshin ryu

La Takamura ha Shindo Yoshin ryu a été fondée par Yukiyoshi Takamura (1928-2000), héritier de la Ohbata-ha Shindo Yoshin ryu par son grand-père Shigeta Ohbata.

Shigeta Ohbata (1863-1945) fut élève de la Miura Yoshin Koryu (Shoden Mokuroku), Totsuka ha Yoshin Koryu et Kashima Shinden Jikishinkage (de Kenkichi Sakakibara) avant d’entrer à la Shindo Yoshin ryu fondée en 1864 par Katsunosuke Matsuoka (aussi pratiquant de Kashima Shinden Jikishinkage). Il obtînt le Menkyo kaiden de Shindo Yohsin ryu en 10 ans (1895) et créa son école: la Ohbata-ha Shindo Yoshin ryu.

La Takamura ha Shindo Yoshin ryu est une sogo bujutsu, ainsi elle contient l’étude de différents armes ainsi que du taijutsu. Son curriculum est divisé en 3 niveaux (shodenchuden and joden). A titre d’exemple le niveau shoden contient 84 kata de taijutsu (uchidachi armé ou non), kumikata (kata à 2 de kenjutsu), kumitanto (kata à 2 de tanto), etc…

Le professeur : Toby Threadgill

Toby Threadgill débute les arts martiaux en 1978 par l’escrime occidentale. il pratiquera par la suite le Wado-ryu karaté, muay thai boxing, jujutsu, aikijujutsu et jeet kune do.

En 1985 il débute son entraînement auprès de Takamura Yukiyoshi.

En 1999 il reçoit le menkyo kaiden et après les années 2000 accepte la direction de la Takamura-ha Shindo Yoshin Kai.
(suite…)

Read Full Post »