Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Interview’ Category

uke_and_tori

Uke et Tori, vision des budo du rôle des partenaires.

Par facilité de compréhension sur mon blog j’emploie souvent les termes Uke et Tori pour différencier celui qui attaque et reçoit la technique de celui qui fait la technique. Les lecteurs étant souvent des aikidoka ils ne sont pas alors perdus par ce vocabulaire. Mais en Shindo Yoshin ryu j’utiliserais les termes Uchitachi (uchite) et Shitachi (shite).

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Lors de la publication de sa nouvelle édition du livre « Old school », Ellis Amdur a accordé une pasionnante interview sur les koryu à son éditeur Freelance Academy press. Dans ce long entretien divers sujets sont brossés, des différences au coeur des budo modernes et koryu jusqu’à la transmission martiale que ce soit au sein des koryu mais aussi des arts martiaux européens puisque Freelance Academy press est à la base spécialisé dans les arts martiaux historiques européens. Une interview à lire et à déguster…

Ellis Amdur s'entrainant avec Bruce Bookman

Ellis Amdur s’entrainant avec Bruce Bookman

Being old school : interview d’Ellis Amdur sur les arts martiaux classiques du Japon

Avec la permission de Freelance Academy press et Ellis Amdur pour la traduction.

(suite…)

Read Full Post »

Takamura sensei (Takamura ha shindo Yoshin ryu)

Takamura sensei (Takamura ha shindo Yoshin ryu)

Récemment l’Aikido journal a reposté sur sa page Facebook l’interview de Takamura sensei (Takamura ha Shindo Yoshin ryu). D’après l’Aikido journal ce fut l’un des articles qui rencontra le plus de succès. Je dois avouer pour ma part n’avoir découvert cet interview que très tardivement, au moment où je m’intéressais à l’école et aux derniers descendantd du shindo yoshin ryu. Ayant déjà réalisé sa traduction (avec l’autorisation des personnes concernées), je me permets de vous la représenter, elle me semble toujours aussi riche en enseignements sur les arts martiaux et leur histoire.

L’article : Interview de Yukiyoshi Takamura en français

Pour poursuivre votre lecture, l’interview de Toby Threadgill :

Partie 1
Partie 2
Partie 3

Le site de l’école : Takamura ha Shindo Yoshin Kai

Read Full Post »

Budo et peur

Aujourd’hui j’aimerais partager avec vous une citation de Takamura sensei lors d’une conférence sur les arts martiaux japonais (il fait référence aux avantages de l’apprentissage des budo japonnais tout en ayant une portée très large):

« Fear makes us blind. It obscures our ability to employ critical thinking and cultivate objectivity. Without such skills we can easily fall into the mental trap that is delusion and paranoia. Overcoming our fears and pursuing truth is a fundamental element of developing intellectual maturity and finding happiness. The road to enlightenment starts by overcoming fear. »

Yukiyoshi Takamura (1928-2000)

Traduit en français:

« La peur nous rend aveugles. Elle obscurcit notre capacité à employer la pensée critique et à cultiver l’objectivité. Sans ces compétences, nous pouvons facilement tomber dans le piège mental que sont l’illusion et la paranoïa. Surmonter nos peurs et rechercher la vérité est un élément fondamental pour développer la maturité intellectuelle et trouver le bonheur. La route vers l’illumination commence par vaincre la peur. »

Read Full Post »

Au détour de pérégrinations virtuelles, on peut parfois tomber sur les styles martiaux que Ueshiba (fondateur de l’Aikido) a pratiqué. C’est ainsi que j’ai trouvé le site Arakido [edit : le site ne semble plus exister au 18/05/17] site officiel du Yagyu Shingan-ryu taijutsu (lignée d’Edo) dont la section « Questions communes » comprend l’information suivante :

– Morihei Ueshiba, fondateur de l’Aïkido, a-t-il étudié le Yagyu Shingan ryu?
– Oui. Ueshiba était un étudiant de Yagyu Shingan-Ryu Taijutsu (Lignée d’Edo), alias Goto-ha Yagyu Shingan-Ryu Taijutsu. Le 6e Soke de notre lignée  était GOTO Yagyusai (d’où le nom de «Goto-ha»). Bien que Goto ai nommé Ohshima Masateru dans le rôle de Soke avant sa mort, d’autres Shihan ont aussi continué à diffuser la tradition. Tsuboi Masanosuke a transmis le style à Nakai Masakatsu. Ueshiba a pratiqué au dojo de Nakai à Kaï-machi, la ville de Sakai (près d’Osaka). Ueshiba a déclaré que des vestiges de son étude peuvent être trouvés dans le mouvement de main et les déplacements de l’Aïkido. Notre défunt directeur, Mutoh Masao a été appelé par Kisshomaru Ueshiba pour inspecter le certificat décerné à son père. Le certificat a été identifié comme Sho-Dan Menjou. Les deux noms de Nakai Masakatsu (le maître du dojo) et Masanosuke Tsuboi (instructeur senior) apparaissent sur ​​le certificat.

Il faut savoir que cette lignée est aujourd’hui sous l’égide de Kajitsuka Yasushi qui est aussi soke de la branche Ohtsubo du Owari Yagyu Shinkage Ryu. Cela m’a donné envie de partager avec vous cette traduction d’une interview réalisée en 2008 par Douglas Tong (parution dans l’Iaido journal d’août 2008). La traduction regroupe les trois parties de l’interview originale:

One on One with Kajitsuka Sensei (Ohtsubo branch of Owari Line, Yagyu Shinkage Ryu)
One on One with Kajitsuka Sensei (Ohtsubo branch of Owari Line, Yagyu Shinkage Ryu) Part Two: Yagyu Shinkage Ryu and The Living Sword
One on One with Kajitsuka Sensei (Ohtsubo branch of Owari Line, Yagyu Shinkage Ryu) Part Three: Teaching and Learning

Vidéo : [Owari] Yagyu Shinkage-ryu Hyoho

(suite…)

Read Full Post »

Cet article est la traduction d’une interview de Sasamori Sensei, soke du Ono-ha Itto Ryu, réalisé par Douglas Tong et publiée dans le journal du Iaido (Août 2008); L’interview initialement segmentée en 3 parties a été regroupée en un seul article.

Douglas Tong a débuté son étude du Ono-ha Itto Ryu sous la direction de Sasamori sensei  à Tokyo en 1992. Il a étudié le Katori Sinto ryu avec Yoshio Sugino à Kawasaki-shi et le Yagyu Shinkage Ryu (branche Ohtsubo) avec Masao Mutou sensei à Zushi-shi. Il enseigne le Kenjutsu depuis 1994 au Tokumeikan.

Liens originaux :

One on One with Sasamori Sensei (Ono-ha Itto Ryu) Part One: The Nature of Japanese Swordsmanship

One on One with Sasamori Sensei (Ono-ha Itto Ryu) Part Two: Ono-ha Itto Ryu and True Perfection

One on One with Sasamori Sensei (Ono-ha Itto Ryu) Part Three: Teaching and Learning

Première partie : La nature de l’escrime japonaise

Par Douglas Tong (avec son autorisation de traduction)

Note de l’auteur: Cette interview a été réalisée le 26 Juillet 2008 à Setagaya-ku, Tokyo. Bien que Sasamori sensei parle un peu l’anglais, l’interview a été réalisée principalement en japonais. Il m’a demandé d’interpréter et de développer ce qu’il me disait en japonais, mais comme mon japonais n’est pas d’un niveau assez élevé je sens que je lui rendrais un mauvais service en supposant que je pourrais comprendre précisément sa pensée sur les questions complexes discutées ci-dessous. J’ai pensé que le mieux serait de préserver ce qu’il m’a dit directement comme il l’a dit, ce qu’il fit parfois en japonais et parfois en anglais. Ainsi, tout au long du texte de l’interview présentée ici, j’ai décidé d’ajouter quelques notes qui peuvent pointer vers des pistes de réflexion que les lecteurs peuvent vouloir approfondir. Toute erreur dans l’interprétation de ce que Sensei a dit est entièrement mienne.

De gauche à droite: Kaiwa sensei, D. Tong, Sasamori sensei, Shimizu sensei

Question: Il y a encore une certaine confusion sur ce qu’est exactement le « kenjutsu ». Qu’est-ce que le « kenjutsu » et en quoi est-il différent du kendo ou du iaido ?

Sensei: Premièrement, laissez-moi dire que le kendo et kenjutsu sont identiques. Le kenjutsu est un vieux kendo*. Le gendai kendo (kendo moderne) est un sport.
(suite…)

Read Full Post »

J’ai le plaisir de vous proposer aujourd’hui, avec la permission de Mr Pranin, la traduction de l’interview de Yukiyoshi Takamura parue dans l’aikidojournal numéro 117 en 1999: interview with Yukiyoshi Takamura.

L’interview combine les réponses à des questions posées à Takamura sensei et compilées par Marco Ruiz et David Maynard dans les années 80 ainsi qu’une série d’échanges par email avec l’éditeur en chef de l’Aikidojournal, Stanley Pranin, de janvier 1999 à avril 1999.

———————————

Après avoir subi un entraînement spécial en Shindo Yoshin ryu jujutsu pendant son enfance, Yukiyoshi Takamura a quitté le Japon pendant son adolescence et finît par s’installer à San Jose, Californie, Etats-Unis. Il a dirigé un dojo en Californie dans les années 60 et 70 en choisissant d’offrir une formation rigoureuse à un petit groupe d’étudiants dévoués. Son art, qui s’appelle maintenant Takamura-ha Shindo Yoshin-ryu, incarne la philosophie et l’esprit d’une époque antérieure du Japon adapté à un contexte occidental. Les pensées et vues de Takamura sensei sur l’essence des arts martiaux vont surprendre et stimuler les pratiquants modernes de budo.

Taksmalla

Yukio Takamura

Pour nos lecteurs qui ne connaissent pas le système  Shindo Yoshin ryu, pouvez-vous nous parler de son origine et de ses caractéristiques?

Le Shindo Yoshin ryu a été fondé par un membre du clan Tokugawa, Katsunosuke Matsuoka en 1868. Matsuoka Sensei a étudié le Yoshin-ryu, Hokushin Itto-ryu, Jikishinkage-ryu, Tenjin Shinyo-ryu jujutsu, et Hozoin-ryu. Il a basé le Shindo Yoshin ryu sur le Yoshin-ryu, mais il a aussi ajouté des concepts d’autres écoles. Il croyait que le concept du Yoshin-ryu de défense passive était incomplet et avait besoin de l’équilibre de heiho  ou tactiques positives. Les caractères japonais originaux du Shindo Yoshin ryu signifiaient « le nouvel esprit du saule », mais ils ont vite été changés pour devenir « l’esprit sacré du saule ».

Le curriculum original du Shindo Yoshin ryu pourrait être plus correctement considéré comme un bujutsu que comme un jujutsu puisque de nombreuses techniques d’armes sont incluses dans le curriculum (mokuroku). Cependant, la popularité du judo et le désintérêt pour la pratique des armes ont entraîné la perte d’une grande partie de leur influence dès le début du 20e siècle dans les traditions d’arts martiaux.
(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »