Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘dragon’

L'art de la voie 27 : un article sur le Takamura ha Shindo Yoshin ryu

L’art de la voie 27 : un article sur le Takamura ha Shindo Yoshin ryu

En ce début d’année j’intervenais à la fois dans L’art de la voie et le Dragon Hors série.

(suite…)

Read Full Post »

Alors que je rentrais d’un long stage de Shindo Yoshn ryu en Allemagne, j’ai trouvé par hasard le nouveau Hors Série du magazine Dragon. Cette 8e édition est consacrée à l’Atemi (« La frappe et le corps »), un élément qui peut parfois faire débat dans le monde de l’Aikido ou tout au moins être perçu de manière très diverse selon les styles et professeurs.

atemi_couverture

8e Dragon Hors Série : L’Atemi

(suite…)

Read Full Post »

Musubi, ce principe est employé dans la plupart des arts martiaux, que ce soit dans les écoles anciennes, le Karaté ou l’Aikido. Dans ce dernier, on retrouve même le ki musubi no tachi, kata de sabre à deux. Il est à l’origine de « ki no musubi », litérralement « lier les ki ». Dans les arts martiaux il est aussi le lien qui permettra de résoudre le conflit initial entre deux opposants. L’article qui suit est la traduction d’un texte de Marco Pinto initialement publié dans le magazine Dragon Hors série n°6.

Le Musubi dans les arts martiaux

Par Marco Pinto (Takamura ha shindo yoshin ryu). Traduction Nicolas Delalondre.

Déséquilibre à partir d'une connexion douce dont Uke n'a pas conscience.

Déséquilibre à partir d’une connexion douce dont Uke n’a pas conscience.

Musubi est généralement traduit par “lier ensemble » ou « connexion ». Eh bien, c’est probablement une nécessité pour la plupart des choses de la vie, mais lorsque l’on aborde le sujet dans la perspective d’arts martiaux, je dirais que c’est définitivement un “must » (une exigence) si vous essayez d’effectuer une technique à un niveau qui est au-dessus de celui du débutant. Si vous êtes à un niveau de compétence élevé, alors le Musubi sera une des choses que vous essaierez d’atteindre très tôt lorsque vous avez affaire à un adversaire.

(suite…)

Read Full Post »

Dans le dernier Dragon Hors série (numéro 6) dont le sujet est « Etre en harmonie », j’avais publié un article de Marco Pinto sur le Musubi dans les arts martiaux et il semble qu’une coquille se soit glissée à la publication.

Marco Pinto et l'auteur, pratiquant un kata de kenjutsu du niveau shoden.

Marco Pinto et l’auteur, pratiquant un kata de kenjutsu du niveau shoden.

En effet dans le petit encart de bio-express, on peut lire que Marco a « reçu le shoden menkyo kaiden » de l’école Takamura ha Shindo yoshin ryu. Cette erreur malencontreuse mélange deux diplomes de l’école : le shoden menkyo et le menkyo kaiden. Marco Pinto est actuellement titulaire du shoden menkyo indiquant qu’il peut enseigner au sein de l’école les kata et principes du shoden mokuroku (curriculum de niveau shoden).

(suite…)

Read Full Post »

Ce mois-ci est sorti le 5ième numéro de Dragon Hors Série aikido. Son sujet est « le travail individuel ».

M1958

Dragon Hors série Aikido n°5 – Le travail individuel

Initialement son rédacteur en chef, Léo Tamaki, m’avait proposé d’écrire un article sur le sujet par rapport à mon école, sachant que cette dernière comporte à la fois des kata à deux et des kata en solo. Ne souhaitant pas exposer un point de vue personnel et limité, j’avais proposé le sujet au responsable de notre école. Malheureusement des événements malheureux en cette fin de printemps n’ont pas permis à cet article de se réaliser.

Mais ce petit retour d’expérience que je ne trouvais pas assez signifiant pour participer à l’édition de ce Dragon, trouve plus naturellement sa place sur mon blog personnel. Je vais donc dans cet article parler de mon expérience du travail individuel.

(suite…)

Read Full Post »

Cet article est initialement paru dans le premier numéro de Dragon Hors Série Aikido en 2013.

S’il est habituel de rencontrer des pratiquants de karaté lors d’un stage de Tobin Threadgill en raison des liens historiques entre le Shindo Yoshin ryu et le Wado ryu, les aïkidoka représentent également une grande partie du public. Même si l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu n’a pas de racines directes avec l’aïkido, la plupart d’entre eux viennent pour explorer des principes partagés avec un point de vue différent ou pour étudier la relation entre bukiwaza et taijutsu.

Une brève histoire de l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu

L’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu est une branche de Shindo Yoshin ryu, une école ancienne de jujutsu. Elle a été fondée pendant la période Edo (en 1864) par Katsunosuke Matsuoka. Katsunosuke a appris différents arts comme le Totsuka Yoshin Koryu, le Tenjin Shinyo ryu, le Hokushin Itto ryu et le Jikishinkage ryu.

matsuoka_small

Katsunosuke Matsuoka, fondateur de l’école Shindo Yoshin ryu en 1864

(suite…)

Read Full Post »

Trois mois après la parution du Dragon Hors-Série Aikido, l’éditeur revient à la charge avec un nouveau numéro. Il est cette fois plus orienté sur le Japon avec un certain nombre d’article sur le parcours d’adeptes connus au Japon. Des cheminements variés à des époques différents qui peuvent nous permettre d’apercevoir des changements entre les pionniers des années 70-80, le renouvellement des années 90 et suivantes, et l’époque actuelle. L’aikido a peut-être perdu de son aspect un peu exotique, ou sa mondialisation a su diffusé les experts dans de nombreux pays, mais les témoignages indiquent que l’on y recherche toujours quelque chose, peut-être l’âme japonaise, peut-être dans d’autres cas des écoles plus confidentielles (comme les Koryu encore peu diffusées hors Japon). Je vous laisse découvrir le sujet…

Dragon magazine - Hors-série n°2

Dragon magazine – Hors-série n°2

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »