Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘edo’

Edo

tokyo-edo

Lorsque l’humour rencontre l’Histoire

Edo. Vous avez déjà dû lire ces trois lettres sur ce blog. Pour faire simple, le Shindo Yoshin ryu est né pendant Edo et à Edo. Pas vraiment avancé pour comprendre la blague ci-dessus ? Alors poursuivez votre lecture.

(suite…)

Read Full Post »

livre

Après ma précédente traduction sur les moyens de nourrir sa pratique hors du tatami, je vais ajouter quelques resources livresques qui me semblent intéressantes pour le pratiquant de jujutsu classique.

(suite…)

Read Full Post »

Gekiken, ancêtre du kendo trés répandu à l'époque Edo comme méthode d'entrainement. On notera la longueur des tsuka.

Gekiken, ancêtre du kendo très répandu à l’époque Edo comme méthode d’entrainement.

 

Le musha shugyo est le voyage à la fois physique et spirituel que pouvait entreprendre un guerrier (mais pas que) pour parfaire son art. Cet élément a souvent été repris dans des films pour mettre en scène de nombreux combats et des dojo yaburi. Mais la fiction est-elle proche de la réalité historique ? Il nous reste un certain nombre de journal de ces musha shugyo, celui de Muta Bunnosuke est l’un d’eux et présente l’intérêt de nous donner quelques indices sur le monde du kenjutsu de la fin de l’époque Edo.

Le document traduit initialement par Sandro Furzi introduit l’époque de ce musha shugyo mais aussi les pratiques en vigueur. Je leur remercie pour son autorisation à traduire ce texte en français et j’espère que les lecteurs auront par ce biais un élément supplémentaire pour se représenter l’univers des koryu et du kenjutsu à la fin de l’époque médiévale japonaise.

Lien vers le document en français : Shokoku Kaireki Nichiroku. Bonne lecture.

Read Full Post »

Il est parfois difficile de se rendre compte du contexte où évoluaient les anciennes écoles d’arts martiaux (koryu) tant chaque époque révèle un visage différent. Pourtant ce contexte est nécessaire pour comprendre non seulement l’héritage culturel de ces écoles mais aussi les conditions ayant amené ou justifiant leur curriculum technique (pour compliquer la tache il est même nécessaire de considérer chaque kata puisqu’une école peut couvrir plusieurs siècles de connaissances empiriques).

Cette contextualisation ne peut se faire que par des témoignages dont le recoupement amène une image plus nette (quoique non unique).

L’exemple que je traduits aujourd’hui, semble dater d’avant 1869 et témoigne d’un duel entre samurai, un acte très courant à l’époque Edo (période de stabilité où les samurai ont plus de chances de se battre en duel que sur un champ de bataille).

Sakujiro Yokoyama

Sakujiro Yokoyama

 

E. J. Harrison, dans son célèbre livre The fighting spirit of Japan, rapporte les souvenirs de Sakujiro Yokoyama à propos d’un duel dont il fut témoin durant son enfance. Sakujiro Yokoyama (1864-1912) est un célèbre judoka, surnommé le Démon Yokoyama, qui fut considéré comme le meilleur élément de l’école de Jigoro Kano à son époque.

(suite…)

Read Full Post »

Mitsu dogu

En réalisant la traduction de la biographie de Shigeta Ohbata, je me suis intéressé à un des métiers de Shibuharu Ohbata, le père de Shigeta. Ce dernier, samouraï connu pour ses compétences en Yari (la lance) et Yumi (l’arc asymétrique japonais), était aussi fabricant de mitsu dōgu (il semblerait qu’il enseignait le jujutsu à la police et l’utilisation du mitsu dōgu).

768px-WeaponsForCapturingThieves

Mitsudōgu. De gauche à droite : tsukubo, sodegarami, sasumata

(suite…)

Read Full Post »