Feeds:
Articles
Commentaires
namt2

NAMT 2016, en démonstration ou à l’entraînement, l’intensité entre shitachi et uchitachi doit être perceptible. Photo Thomas Taragon.

Cet article est initialement paru dans le magazine Dragon Hors série.

Le public a souvent une image désuète des anciennes traditions martiales, celle de la répétition d’une séquence inamovible de gestes prédéfinis. Mais lorsque l’on intègre un koryu, on découvre un monde bien différent à travers le kata. Ce qui suit décrit mon expérience de cet outil par le prisme du Takamura ha shindo yoshin ryu, une école de jujutsu et de kenjutsu datant de 1864.

Lire la suite »

Cours 2017

1

Pour l’année 2017, les cours de Shindo Yoshin ryu se poursuivent à Osny, les lundi, vendredi et samedi. Toute l’année il est possible de venir découvrir notre école issue des anciennes pratiques des samouraïs transmises de génération en génération depuis 1864 au Japon. La pratique du Shindo Yoshin ryu est à la fois une expérience physique incluant travail à manis nues et l’apprentissage de diverses armes de l’époque féodale japonnaise (sabre, couteau, …) ainsi qu’une participation à la préservation de traditions martiales anciennes.

Les cours ont lieu dans un dojo traditionnel privé, le Tesshinkan, présent à Osny depuis 2014. Ils sont dirigés par un instructeur diplômé directement du responsable de l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu.

Les cours à l’essai sont possibles toute l’année sur simple rendez-vous : n.dela@free.fr / 06.22.33.37.86 .

Page des cours : cours Tesshinkan

2

Nouvelle année et cycles

le_nouvel_an_par_maruyama_okyo

Le nouvel an par Maruyama Okyo

Les derniers jours de décembre se referment sur l’année 2016 alors que le dojo Tesshinkan se souvient encore du dernier atelier avec sensei Marco Pinto. Si le retour à l’entrainement quotidien marque la fin d’un cycle de 4 semaines où j’ai suivi Marco Pinto pendant 3 weekends à travers divers dojo en Europe, c’est un cycle plus long, une année complète qui est sur le point de se terminer.

Lire la suite »

Edo

tokyo-edo

Lorsque l’humour rencontre l’Histoire

Edo. Vous avez déjà dû lire ces trois lettres sur ce blog. Pour faire simple, le Shindo Yoshin ryu est né pendant Edo et à Edo. Pas vraiment avancé pour comprendre la blague ci-dessus ? Alors poursuivez votre lecture.

Lire la suite »

De l’intensité…

tigre-de-siberie-vie-sauvage-1458916369xvy

Intensité du regard avant de fondre sur sa proie

Dans les styles non compétitifs, la base de travail est souvent le kata, la pratique de formes pré-arrangées à deux. C’est particulièrement le cas dans les koryu, les anciennes écoles issues de l’époque médiévale japonaise.

Le kata est un cadre complexe d’apprentissage que j’ai déjà eu l’occasion d’aborder dans mes articles. Il possède des rôles (uchitachi, la partie enseignante / shitachi, la partie apprenante), nécessite une véritable intention d’attaque et doit au départ se pratiquer lentement afin de bien en acquérir les formes et le timing. Néanmoins, au fil du temps il n’est pas rare de voir les pratiquants poursuivre avec la même intensité et la même vitesse.

Lire la suite »

5 ans

mt-fuji-477832_960_720

Alors que je n’avais pas posté sur ce blog depuis un certain temps, wordpress s’est rappelé à moi pour souhaiter un bon anniversaire à ce site. 5 ans, déjà. Ce post sera donc l’occasion d’un court bilan, ce dernier présentant un intérêt tout relatif pour mes anonymes lecteurs.

Lire la suite »

Atelier au dojo Tesshinkan

Atelier au dojo Tesshinkan

En créant le groupe d’étude de TSYR à Osny, je me suis retrouvé à la place de celui qui doit partager un savoir qu’il continue d’acquérir lui-même. C’était au départ, et je pense que cela le reste, un challenge de guider d’autres pas tout en arrivant à suivre suffisamment mes professeurs et à progresser moi-même. De stages et WE intensifs à l’étranger avec le Kaicho ou sensei Marco Pinto, à l’étude et l’entrainement quotidiens au Tesshinkan, j’ai essayé de mettre en place la même dynamique que j’appliquais à ma propre recherche.

En lisant l’article de Wayne Muromoto, j’ai retrouvé cette même nécessité d’explorer, approfondir et faire sien le savoir acquis. A chaque stage je touche un peu d’un coin grâce à mes professeurs, et lorsque je reviens au dojo j’essaie de trouver les autres coins, comme les autres membres du dojo.

Lire la suite »