Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘jujutsu’

Technique supposée de Yoshin ryu, démontrée par des Tengu. Source : Classical fighting arts of Japan, de Serge Mol

Technique supposée de Yoshin ryu (jûjutsu), démontrée par des Tengu. Source : Classical fighting arts of Japan, de Serge Mol

J’ai régulièrement des questions concernant le jûjutsu. Nombre de personnes associent le jûjutsu avec une pratique de judo ou de lutte à laquelle on aurait ajouté des frappes « pieds/poings » pour avoir une selfdefense complète.

C’est souvent ce que vous trouverez derrière le terme jûjutsu de nombreux clubs. Ces synthèses, car il s’agit bien de celà (judo + atemi, judo/lutte + pieds/poings, etc…) sont très différentes par essence du jûjutsu traditionnel japonais. Les jûjutsu japonais (auxquels on ne devrait pas avoir besoin d’ajouter le qualicatif « traditionnel ») ont en réalité pour origine des écoles martiales anciennes, les koryu.

(suite…)

Read Full Post »

Stage mixte TSYR / Yoshinkan aikido. Londres, 2012

Stage mixte TSYR / Yoshinkan aikido. Londres, 2012

Dans deux mois, le Kaicho de l’école – Tobin Threadgill – viendra en France pour le premier stage de Takamura ha Shindo Yoshin ryu. Si sensei Threadgill est connu dans le milieu des budo pour avoir participer à de nombreux événements tels les aikiexpo organisés par Stanley Pranin, il est assez rare pour un koryu (école ancienne japonaise) de réaliser des stages publiques.

(suite…)

Read Full Post »

Lignée du Shindo yoshin ryu et Takamura ha Shindo yoshin ryu

Le Takamura ha Shindo Yoshin ryu descend par Masamichi Iso de l’école Tenjin Shin’yo ryu parmi d’autres écoles (Yoshin koryu, Itto ryu, Jikishinkage ryu et Shinkage ryu). L’école Tenjin Shin’yo ryu fut créée dans les années 1830 par Mataemon Iso à partir de connaissances en Shin no Shinto ryu et Yoshin ryu (lignée akiyama). Par la suite l’école joua un rôle majeur avec le kito ryu dans le cursus technique du judo kodokan.

(suite…)

Read Full Post »

Ichi-go, Ichi-e

4005-gyo

Ichi-go, Ichi-e est une expression japonaise que vous avez certainement entendue au dojo ou tout au moins avez-vous rencontré ce concept. Il peut être traduit en français par « Une rencontre, une chance », matérialisant que chaque instant est singulier et qu’il faut être prêt à le saisir malgré sa fugacité.

(suite…)

Read Full Post »

L’Atemi

L’atemi – l’art de la frappe – est une composante très présente dans les budo japonais. Il est évidemment central en karaté mais aussi très présent en Aikido avec la maxime « Irimi-Atemi ». Dans ce dernier il est même dit qu’en combat réel 70 % de l’aikido serait atemi. Les pourcentages varient et la phrase serait plutôt de Shioda sensei mais l’idée est là.

Si les arts martiaux anciens sont centrés autour des armes, certaines écoles de jujutsu incorporent aussi une telle utilisation du corps et l’ont transmises à leurs descendants.

C’est ce panorama de l’atemi dans les arts martiaux japonais que vous propose Marco Pinto dans l’article suivant (publié initialement dans le Hors série 8 du magazine Dragon).

L’Atemi dans le budo japonais
Par Marco Pinto

Atemi

Le mot atemi 当て身 est compris dans la plupart des milieux d’arts martiaux comme un coup donné au corps. En fait c’est un mot (contrairement à d’autres de la terminologie des arts martiaux) dont nous pouvons obtenir une traduction très proche et claire, ainsi le kanji 当て (contre) 身 (corps), littéralement « contre le corps » nous transmet l’idée d’un coup ou d’une frappe au corps.

Marco Pinto démontrant nagashi, principe du wado ryu

Marco Pinto démontrant nagashi, principe du wado ryu

Les atemi sont utilisés dans tous les arts martiaux (ou presque) et ils peuvent être employés à différents stades d’exécution de la technique. Ils peuvent aussi être délivrés à différentes parties du corps et avec différentes parties du corps. Ils peuvent même être eux-mêmes la technique.

(suite…)

Read Full Post »

La semaine dernière lors de notre entrainement intensif de Shindo Yoshin ryu, j’avais invité plusieurs pratiquants extérieurs déjà en contact avec l’école. Antoine que j’ai d’abord rencontré virtuellement sur aiki-forum puis lors d’une initiation à l’école Takamura ha Shindo Yoshin ryu au dojo de judo d’Osny est un pratiquant d’Aikido de longue date mais aussi de kashima shin ryu ou de iaido. Il nous a donc rejoint pour une journée de travail en taijutsu, tanto et kenjustu autour des principes de l’école.

Il a publié à ce propos un compte-rendu sur le site aiki-forum : http://www.aiki-forum.com/index.php?/topic/2653-un-entrainement-chez-kissaki-avec-marco-pinto-ecole-takamura-ha-shindo-yoshin-ryu/?p=48000.

 

poster_tesshinkan

Read Full Post »

Malgré les divers contre-temps ayant émaillés la préparation de ce premier atelier en France de Takamura ha Shindo yoshin ryu, il fut un succès de par l’application qu’eut chacun à travailler les techniques et principes exposés.

Comme pour tout regroupement un peu ponctuel, il est parfois difficile jusqu’au dernier moment d’être certain de la présence de chacun. Mais plus inédit, les derniers jours précédents l’événement furent troublés par la blessure assez sérieuse de mon professeur. C’est hélas un aléas auquel nous sommes tous soumis mais qui est particulièrement gênant pour celui qui enseigne.

Je dois remercier Marco pour avoir assurer comme prévu l’enseignement de l’atelier et ce malgré une blessure loin d’être résorbée.

 

dojo_sepia

Read Full Post »

Avant que je ne m’envole pour un stage à Uppsala, ville où vécut Takamura sensei pendant quelques années à son départ du Japon, j’en profite pour publier le poster du dojo. Un design relativement simple très inspiré de celui du groupe d’étude à Uppsala.

poster_tesshinkan

Le Tesshinkan, dojo privé à Osny (95520), permet de d’apprendre l’école traditionnelle Takamura ha Shindo Yoshin ryu créée en 1864. Les cours assurés le vendredi soir et samedi matin (possibilité d’ouvrir aussi un cours le lundi soir) incluent la pratique du sabre à 2 (kenjutsu/kumitachi), le dégainage et la coupe du sabre (battojutsu/iaijutsu), le travail du déséquilibre, des projections et clefs (jujutsu) ainsi que diverses techniques de couteau (tantojutsu).

Read Full Post »

Ceux qui ont suivi ce blog (et mon compte facebook) ont pu voir un dojo se construire, le Tesshinkan. Différent des salles multisports ou gymnases, on y trouvera bois, calligraphies suspendues au mur, rack d’armes, une certaine disposition de l’espace intérieur, le kamidana (l’ « étagère des kami ») et bien sûr le keikojo, cet aire d’entrainement recouvert de tatami (ou de bois) au centre du dojo. Mais pourquoi créer ce lieu alors que d’autres salles existent et peuvent servir de lieu d’entrainement (un simple jardin peut aussi faire l’affaire dans bien des cas) ?

Trois inspirations pour le Tessekishinkan : Katsunosuke Matsuoka, Yukiyoshi Takamura, Morihei Ueshiba

Trois inspirations pour le Tessekishinkan : Katsunosuke Matsuoka, Yukiyoshi Takamura, Morihei Ueshiba

Tout d’abord il faut revenir sur le but d’une école ancienne comme le Shindo Yoshin ryu. Dans son livre « Legacies of the sword », Karl F. Friday, Menkyo kaiden de Kashima shinryu indique que :

Dans leur essence, les ryuha sont intemporels, définis non pas par leurs membres mais par leur doctrine, ou ryugi – les enseignements à travers lesquels ils formulent leur art. Ils existent non pas pour élever les capacités physiques mais pour passer un savoir. Les compétences ne peuvent pas être enseignées ou apprises – elles ne peuvent seulement qu’être acquises par une longue pratique et un long entrainement. Les compétences sont pour une grande partie auto-découvertes, imposées aux élèves de l’intérieur, par leur propre aptitude et discipline. Mais le savoir peut être partagé. Les perceptions, inspirations, expériences et savoirs collectés pendant plus d’une vie peuvent être inculqués aux élèves de telle manière que chaque génération peut être construite sur les connaissances de ceux venus avant, et chaque nouvel élève n’aura alors pas à commencer le procédé de découverte de zéro.

(suite…)

Read Full Post »

Un rapide article pour vous signaler la page consacrée au Tesshinkan : mon dojo privé.

Après de nombreux travaux, le dojo a enfin un nom et permet de pratiquer jujutsu, kenjutsu et tantojutsu à une courte distance de Paris (à Osny plus précisément).

Pour fêter ce nouveau nom, voici une petite série de photos des travaux.

1262455_10200993144405738_1571959698_o 1381236_10201135618327497_414101714_n 1393620_10201250559880964_547958679_n
1464605_10201652244042817_1260433983_n 1947463_10202082885448583_998605792_n

10007377_10202258564840458_1080060839_o

10333498_10202775162595079_835982831791858250_o

 

Pour tout renseignement sur la pratique au Tesshinkan, merci de me contacter.

Read Full Post »

Older Posts »