Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘traditionnel’

Le terme traditionnel est rencontré dans de nombreux styles que ce soit en Aikido, en Judo/jujutsu ou en Karaté… Mais il est bien difficile de se repérer dans cette forêt d’écoles dite traditionnelles tant chacun y va de sa propre définition.

Randori au début du XXe siècle

Randori au début du XXe siècle

Le problème est que le terme « traditionnel » est amplement employé en opposition à une pratique sportive ou compétitive. Dans ce paradigme, tout ce qui n’est pas dédié à la compétition devient alors « traditionnel » dans la communication de ces écoles. C’est pratique, facile pour classifier mais un peu éloigné de la réalité.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Ceux qui ont suivi ce blog (et mon compte facebook) ont pu voir un dojo se construire, le Tesshinkan. Différent des salles multisports ou gymnases, on y trouvera bois, calligraphies suspendues au mur, rack d’armes, une certaine disposition de l’espace intérieur, le kamidana (l’ « étagère des kami ») et bien sûr le keikojo, cet aire d’entrainement recouvert de tatami (ou de bois) au centre du dojo. Mais pourquoi créer ce lieu alors que d’autres salles existent et peuvent servir de lieu d’entrainement (un simple jardin peut aussi faire l’affaire dans bien des cas) ?

Trois inspirations pour le Tessekishinkan : Katsunosuke Matsuoka, Yukiyoshi Takamura, Morihei Ueshiba

Trois inspirations pour le Tessekishinkan : Katsunosuke Matsuoka, Yukiyoshi Takamura, Morihei Ueshiba

Tout d’abord il faut revenir sur le but d’une école ancienne comme le Shindo Yoshin ryu. Dans son livre « Legacies of the sword », Karl F. Friday, Menkyo kaiden de Kashima shinryu indique que :

Dans leur essence, les ryuha sont intemporels, définis non pas par leurs membres mais par leur doctrine, ou ryugi – les enseignements à travers lesquels ils formulent leur art. Ils existent non pas pour élever les capacités physiques mais pour passer un savoir. Les compétences ne peuvent pas être enseignées ou apprises – elles ne peuvent seulement qu’être acquises par une longue pratique et un long entrainement. Les compétences sont pour une grande partie auto-découvertes, imposées aux élèves de l’intérieur, par leur propre aptitude et discipline. Mais le savoir peut être partagé. Les perceptions, inspirations, expériences et savoirs collectés pendant plus d’une vie peuvent être inculqués aux élèves de telle manière que chaque génération peut être construite sur les connaissances de ceux venus avant, et chaque nouvel élève n’aura alors pas à commencer le procédé de découverte de zéro.

(suite…)

Read Full Post »

Un rapide article pour vous signaler la page consacrée au Tesshinkan : mon dojo privé.

Après de nombreux travaux, le dojo a enfin un nom et permet de pratiquer jujutsu, kenjutsu et tantojutsu à une courte distance de Paris (à Osny plus précisément).

Pour fêter ce nouveau nom, voici une petite série de photos des travaux.

1262455_10200993144405738_1571959698_o 1381236_10201135618327497_414101714_n 1393620_10201250559880964_547958679_n
1464605_10201652244042817_1260433983_n 1947463_10202082885448583_998605792_n

10007377_10202258564840458_1080060839_o

10333498_10202775162595079_835982831791858250_o

 

Pour tout renseignement sur la pratique au Tesshinkan, merci de me contacter.

Read Full Post »