Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘takamura’

Quid des hypothèses de nos pratiques martiales? En parcourant les forums on retrouve fréquemment les même sujets : Aikido contre Karaté, Art traditionnel contre MMA (mixed martial arts), bref choisissez votre art préféré X et mettez le face à un autre art Y de préférence sans attention pour le contexte et les principes de chaque art.

Pourtant est-ce que ce ne sont justement pas ces hypothèses, ce contexte, qui définissent les réponses, les principes, bref le contenu d’un art ? Pour explorer ce thème je vous propose aujourd’hui une traduction (avec sa permission) de l’essai « Assumptions » de Toby Threadgill (Kaicho du Takamura ha Shindo Yoshin ryu).

Toby Threadgill

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

J’ai le plaisir de vous proposer aujourd’hui, avec la permission de Mr Pranin, la traduction de l’interview de Yukiyoshi Takamura parue dans l’aikidojournal numéro 117 en 1999: interview with Yukiyoshi Takamura.

L’interview combine les réponses à des questions posées à Takamura sensei et compilées par Marco Ruiz et David Maynard dans les années 80 ainsi qu’une série d’échanges par email avec l’éditeur en chef de l’Aikidojournal, Stanley Pranin, de janvier 1999 à avril 1999.

———————————

Après avoir subi un entraînement spécial en Shindo Yoshin ryu jujutsu pendant son enfance, Yukiyoshi Takamura a quitté le Japon pendant son adolescence et finît par s’installer à San Jose, Californie, Etats-Unis. Il a dirigé un dojo en Californie dans les années 60 et 70 en choisissant d’offrir une formation rigoureuse à un petit groupe d’étudiants dévoués. Son art, qui s’appelle maintenant Takamura-ha Shindo Yoshin-ryu, incarne la philosophie et l’esprit d’une époque antérieure du Japon adapté à un contexte occidental. Les pensées et vues de Takamura sensei sur l’essence des arts martiaux vont surprendre et stimuler les pratiquants modernes de budo.

Taksmalla

Yukio Takamura

Pour nos lecteurs qui ne connaissent pas le système  Shindo Yoshin ryu, pouvez-vous nous parler de son origine et de ses caractéristiques?

Le Shindo Yoshin ryu a été fondé par un membre du clan Tokugawa, Katsunosuke Matsuoka en 1868. Matsuoka Sensei a étudié le Yoshin-ryu, Hokushin Itto-ryu, Jikishinkage-ryu, Tenjin Shinyo-ryu jujutsu, et Hozoin-ryu. Il a basé le Shindo Yoshin ryu sur le Yoshin-ryu, mais il a aussi ajouté des concepts d’autres écoles. Il croyait que le concept du Yoshin-ryu de défense passive était incomplet et avait besoin de l’équilibre de heiho  ou tactiques positives. Les caractères japonais originaux du Shindo Yoshin ryu signifiaient « le nouvel esprit du saule », mais ils ont vite été changés pour devenir « l’esprit sacré du saule ».

Le curriculum original du Shindo Yoshin ryu pourrait être plus correctement considéré comme un bujutsu que comme un jujutsu puisque de nombreuses techniques d’armes sont incluses dans le curriculum (mokuroku). Cependant, la popularité du judo et le désintérêt pour la pratique des armes ont entraîné la perte d’une grande partie de leur influence dès le début du 20e siècle dans les traditions d’arts martiaux.
(suite…)

Read Full Post »

Shu-Ha-Ri est la méthode traditionnelle d’enseignement japonaise. Souvent écartée ou modifiée par les arts martiaux plus récents elle reste au coeur de nombre d’école classique japonaise.
La traduction suivante, réalisée avec l’autorisation de sensei Tobin Threadgill, est un essai de Takamura sensei (1928-2000) du Takamura ha Shindo Yoshin ryu sur la définition du Shu-Ha-Ri et des écueils auxquels doit être attentif l’enseignant. Les kata en TSYR sont divisés en trois niveaux : shoden, chuden et joden.
Article original sur le site du Takamura ha Shindo Yoshin Kai : Teaching and Shu-Ha-Ri
——-
Enseignement et Shu-Ha-Ri
(La méthode traditionnelle japonaise de transmission des connaissances.)
Par Yukio Takamura, édité par Nanette Okura

Yukio Takamura

«Shu-ha-ri» signifie littéralement adopter le kata, diverger du kata et écarter le kata. L’entraînement dans une école classique japonaise suit presque toujours ce processus éducatif. Cette approche unique de  l’apprentissage a existé pendant des siècles au Japon et a contribué à la survie de nombreuses vieilles traditions japonaises. Cela inclut notamment des activités aussi diverses que les arts martiaux, l’arrangement floral, les marionnettes, le théâtre, la poésie, la peinture, la sculpture et le tissage. Aussi fructueux qu’ai été le Shu-ha-ri dans l’ère moderne, de nouvelles approches de l’enseignement et de l’apprentissage modifient cette méthode traditionnelle japonaise de transmission des connaissances. Que les arts traditionnels japonais et leur apprentissage soient passés avec succès à la prochaine génération de pratiquants dépend des sensei (enseignants) d’aujourd’hui et de leur sagacité pour affronter les forces et les pièges inhérents du Shu-ha-ri. Dans cet essai, je me concentrerai sur le Shu-ha-ri et son application particulière dans l’honorable discipline martiale du Takamura ha Shindo Yoshin ryu jujutsu.
(suite…)

Read Full Post »

Deuxième partie de la traduction de l’interview de Toby Threadgill parue en anglais sur l’Aikidojournal : An Interview With Toby Threadgill, Menkyo Kaiden, Takamura ha Shindo Yoshin ryu. Cette interview a été réalisé par Marco Ruiz.

Cette partie de l’interview aborde la mentalité des élèves ainsi que la self-défense et la compétition.

Lien vers la 1ere partie de l’interview

sensei Toby Threadgill

Il semble y avoir un intérêt soudain pour les Koryu. Votre organisation en bénéficie-t-elle ?
Un intérêt soudain? Êtes-vous sûr que vous ne confondez pas les koryu avec le MMA ?
(suite…)

Read Full Post »

Dans les prochains articles je vais réaliser, avec l’accord de Mr Pranin,  la traduction de l’interview de Toby Threadgill parue en anglais sur l’Aikidojournal : An Interview With Toby Threadgill, Menkyo Kaiden, Takamura ha Shindo Yoshin ryu. Cette interview a été réalisé par Marco Ruiz. Le lecteur pourra trouver à la fin de l’article quelques notes de traduction.

Un peu de contexte. J’ai rencontré Yukiyoshi Takamura dans le quartier japonais de la ville de San Francisco au Japon lors d’un événement du JACL* au début des années 1990. Quand j’ai réalisé qu’il était l’instructeur d’une koryu* dont j’avais entendu des rumeurs dans la zone de South Bay, je lui ai demandé s’il voulait faire une interview pour un bulletin d’information sur les budo que je publiais. À mon grand plaisir, il a accepté. J’ai rendu visite à Takamura sensei et sa charmante épouse Mishiko, à leur domicile une après-midi pour mener l’interview. C’est durant cette interview que j’ai réalisé que cet homme était un trésor d’informations et de perspicacité. Plusieurs années plus tard j’ai été contacté par Mr Stan Pranin de l’Aikido Journal Magazine concernant une extension de mon entreview. La version étendue de cette interview a été publiée dans Aikido Journal en 1999. Yukiyoshi Takamura est décédé en 2000. La direction de son organisation est passée à Toby Threadgill en 2004 suite à la retraite des autres élèves seniors.

En mai 2008, lors d’un voyage au Colorado, j’ai rendu visite à Toby Threadgill. Son dojo niché dans les montagnes d’Evergreen, Colorado, est à couper le souffle. Il reflète cette caractéristique issue du Shinto: atteindre la beauté par la simplicité. Cela sent même tel un sanctuaire shintoïste, imprégnant l’air de l’odeur parfumée de hinoki. Je me suis assis avec Threadgill sensei autour d’un thé dans son dojo, après une courte séance d’entraînement pour discuter de la tradition qu’il dirige et l’avenir des arts martiaux classiques en dehors du Japon. J’espère que vous trouverez ses observations et ses idées aussi fascinantes que moi.

Pouvez-vous s’il vous plaît me donner quelques informations sur le Shindo Yoshin Ryu?

Le Shindo Yoshin ryu est une école de koryu jujutsu. Il a été fondé vers la fin de la Période Edo par Katsunosuke Matsuoka, un membre du clan Kuroda.

Toby Threadgill Sensei


(suite…)

Read Full Post »

« Newer Posts