Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘karate’

2018

A quelques jours du passage à cette nouvelle année, je vous souhaite à toutes et tous mes meilleurs voeux pour 2018 ! Et parmi ceux-ci j’insisterais particulièrement sur la santé qui conditionne notre bien-être ainsi que nos pratiques martiales. Prenez soin de vous et de vos proches.

Nouvelle année au dojo Tesshinkan

Après une année 2017 marquée par les venues de sensei Marco Pinto et sensei Artur Pinto pour des stages internes qui testèrent la capacité d’accueil du dojo, le début de 2018 s’annonce chargé.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

L’Atemi

L’atemi – l’art de la frappe – est une composante très présente dans les budo japonais. Il est évidemment central en karaté mais aussi très présent en Aikido avec la maxime « Irimi-Atemi ». Dans ce dernier il est même dit qu’en combat réel 70 % de l’aikido serait atemi. Les pourcentages varient et la phrase serait plutôt de Shioda sensei mais l’idée est là.

Si les arts martiaux anciens sont centrés autour des armes, certaines écoles de jujutsu incorporent aussi une telle utilisation du corps et l’ont transmises à leurs descendants.

C’est ce panorama de l’atemi dans les arts martiaux japonais que vous propose Marco Pinto dans l’article suivant (publié initialement dans le Hors série 8 du magazine Dragon).

L’Atemi dans le budo japonais
Par Marco Pinto

Atemi

Le mot atemi 当て身 est compris dans la plupart des milieux d’arts martiaux comme un coup donné au corps. En fait c’est un mot (contrairement à d’autres de la terminologie des arts martiaux) dont nous pouvons obtenir une traduction très proche et claire, ainsi le kanji 当て (contre) 身 (corps), littéralement « contre le corps » nous transmet l’idée d’un coup ou d’une frappe au corps.

Marco Pinto démontrant nagashi, principe du wado ryu

Marco Pinto démontrant nagashi, principe du wado ryu

Les atemi sont utilisés dans tous les arts martiaux (ou presque) et ils peuvent être employés à différents stades d’exécution de la technique. Ils peuvent aussi être délivrés à différentes parties du corps et avec différentes parties du corps. Ils peuvent même être eux-mêmes la technique.

(suite…)

Read Full Post »

Lors de l’un de mes derniers posts, j’avais traduit un texte sur la différence de ressenti ou de saveur entre les koryu (anciennes écoles japonaises) et leurs dérivés modernes (les shinbudo). Pour poursuivre sur les différences d’approche de ces deux grands types de pratique (grand au sens que la segmentation entre les deux peut ne pas être toujours aussi nette), je vous propose un texte sur le changement dans les koryu face aux changements ayant lieu plus particulièrement dans les budo modernes compétitifs.

Livre de Donn Draeger sur les koryu. Les anciennes écoles avec comme outil principal le kata.

Livre de Donn Draeger sur les koryu. Les anciennes écoles avec comme outil principal le kata.

 

Le Changement dans les arts martiaux classiques et les arts martiaux modernes

Par Peter Boylan. Avec sa permission exclusive pour la traduction. Texte original : http://budobum.blogspot.fr/2014/04/change-in-classical-and-modern-martial.html

 

Les arts classiques du Japon (pré- 1868) ont une structure très différente des arts modernes. Les arts classiques sont entièrement définis par leur kata. Si vous prenez quelque chose comme le Suio Ryu ou le Shinto Muso Ryu, ils ont un ensemble clairement défini de kata. Changer le kata est mal vu, non pas parce que l’innovation est mauvaise, mais parce que c’est vraiment difficile de trouver quoi que ce soit dans le kata qui n’a pas été résumé à l’essence de l’efficacité.

(suite…)

Read Full Post »